Les MDPA sur Google Earth

Nécessité de dissoudre les terrils

Jusqu'en 1934, la totalité des résidus résultant du traitement de la sylvinite, soit les insolubles (schistes et anhydrite) et le chlorure de sodium (NaCl) ont été stockés sur les terrils.
La mise à terril des résidus se faisait à l'origine avec des berlines tractées par des chevaux, puis par téléphériques (c'est cette méthode qui a conduit à constituer les parties pointues des terrils) et plus récemment par navettes de camions.

Aucune protection particulière des sols n'a été mise en place à l'origine.

Plus un terril est ancien, plus il est chargé en sel. L'ampleur des stocks a alerté la Direction des Mines de Potasse qui a obtenu dès 1931 un arrêté préfectoral autorisant le rejet du sel dans le Rhin sous forme de saumure acheminée par un pipe line. Grâce au canal des saumures, les dépôts en terril ont pu être finalement réduits aux seuls insolubles.
Ainsi, quinze terrils et deux parcs à boues ont été érigés dans le bassin potassique, près des fabriques. Ils sont tous différents et de composition très hétérogène.
Au total, 64,5 millions de tonnes de résidus d'exploitation ont été déposées, comprenant 18,6 millions de tonnes de sel.

Sous l'effet des pluies, du sel se dissout au cœur du terril et les eaux salées s'infiltrent dans la nappe. Entraînées par l'écoulement Sud-Ouest / Nord-Ouest de la nappe, ces infiltrations sont à l'origine de deux langues salées, la langue Ouest issue des terrils Marie-Louise, Alex et Rodolphe et la langue Est issue des autres terrils.

Ces infiltrations auraient encore pu perdurer durant des décennies, si les MDPA n'avaient pas engagé les travaux de dissolution accélérée et contrôlée des terrils

Questions / Réponses

Questions / Réponses

L'ensemble du Nacl ne peut-il être valorisé pour sel de déneigement ?

La "production" de chlorure de sodium résultant de l'extraction du minerai, représentait des quantités considérables, jusqu'à 6 millions de tonnes par an, chiffre sans commune mesure avec les capacités du marché du sel de déneigement. Ce marché est de plus entièrement tributaire de la météo. Ainsi les ventes de sel de déneigement variaient selon les années entre des tonnages dérisoires et un maximum de 700 000 tonnes.

C'est quoi le saumoduc ?

C’est un ensemble de conduites dans le bassin et un canal gravitaire aérien de 20 km entre Ensisheim et Fessenheim qui permet d’envoyer les saumures résiduaires dans le Rhin
(Pipe line + canal aérien, rejets Rhin)

Pourquoi ne pas avoir stocké sur des aires étanches ?

Les premiers résidus ont été mis en stock dès 1910. Il est évident qu'à cette époque, la réglementation était balbutiante et la conscience de la protection de l'environnement quasi inexistante.

Comment la pollution de la nappe a-t-elle été constatée ?

L'augmentation des teneurs en chlorure des captages industriels en aval immédiat des terrils a mis en évidence l’existence des langues salées. Un réseau d'ouvrages de contrôle (piézomètres) a depuis été mis en place dans le Bassin Potassique pour évaluer l'ampleur de la pollution. Ce réseau a comporté jusqu'à 600 ouvrages.

Actuellement 320 ouvrages restent surveillés dans le cadre d'un arrêté préfectoral (DRIRE).

Zoom en images

Carte terrils du Bassin Potassique

Carte terrils du Bassin Potassique

Mise à terril chevaux

Mise à terril chevaux

Mise à terril téléphérique

Mise à terril téléphérique

Terril Joseph-Else Est Le Kalimandjaro

Terril Joseph-Else Est Le Kalimandjaro

Terril Anna

Terril Anna