Les MDPA sur Google Earth

Le saumoduc pour rejeter dans le rhin

Petite histoire du SAUMODUC

Le Conseil d'Administration des Mines Domaniales de Potasse d’Alsace approuve le 24 juillet 1928 le principe de la construction d'un pipe-line, destiné à acheminer les saumures résiduelles d'exploitation vers le Rhin. Il sera opérationnel en 1933.

Les conduites mises en service alors, dont le diamètre variait entre 1000 mm et 1200 mm, sont aujourd'hui hors service.

En effet, dès 1964, leur capacité s'est révélée insuffisante pour évacuer l'ensemble des saumures des MDPA ; elles ont donc été remplacées par de nouvelles conduites et un canal bétonné gravitaire qui depuis acheminent les saumures issues de la dissolution des terrils et des pompages de la nappe phréatique.
Il est important de souligner que cet équipement a permis de ne plus mettre en terril que les insolubles, après lavage, et d'évacuer vers le Rhin et la Mer du Nord la saumure provenant du traitement du minerai.

Caractéristiques techniques du SAUMODUC

Le SAUMODUC d'aujourd'hui est composé :

  • D'un réseau de conduites dans le Bassin Potassique d'environ 20 kilomètres, se rejetant dans un canal bétonné à Ensisheim. Les deux axes principaux sont celui de Marie-Louise recueillant les saumures des quatre puits Alex, Rodolphe et celui d'Amélie dans lequel sont évacuées les saumures des puits de pompage Joseph Else et Fernand Anna.
  • D'un canal bétonné à ciel ouvert entre Ensisheim et Fessenheim, sur une longueur d'environ 20 kilomètres.
    Le canal bétonné, en écoulement gravitaire vers le Rhin, a été coulé sur place avec une épaisseur moyenne de 10 cm de béton armé et un joint de dilatation tous les 6 mètres, colmaté par un produit à base de bitume. Le canal est constitué d'un fond plat et deux parois planes inclinées, sa profondeur est de 1 mètre 30, la largeur en fond de canal de 50 centimètres et au droit du terrain de 3 mètres 10.

L'entretien du SAUMODUC

Le SAUMODUC fait l'objet de contrôles mensuels, trimestriels et annuels. Il est équipé de bornes kilométriques et hectométriques qui permettent le repérage des dysfonctionnements.

Chaque mois, un agent assermenté (technicien ayant obtenu l'habilitation de garde privé MDPA) vérifie l'état des clôtures et fermetures, la présence des affichages réglementaires, la présence de dépôts de déchets divers et détecte les fuites hydrauliques.
Il rédige un rapport détaillé.

Chaque trimestre, le canal des saumures est inspecté pour la détection de fuites, les risques d'encombrement du canal, la détection et le repérage des décollements des joints d'étanchéité.

Ces visites sont décrites dans une procédure remise à jour autant que de besoin.

Une fois par an, le réseau SAUMODUC est mis hors service et il est vidé de la saumure, en principe durant la période estivale. Une visite à pied par plusieurs techniciens est opérée pour confirmer les résultats de la campagne annuelle de géophysique. Cette campagne consiste à introduire dans le canal une barque conçue sur mesure, équipée de quatre électrodes (une sur chaque côté et deux sur le fond) pour détecter les fuites. Ce travail est réalisé par une société spécialisée, chaque année au printemps.

Fin 2008, 12 campagnes annuelles ont déjà été réalisées selon ce procédé qui s'avère fiable. Les résultats sont transmis à un ingénieur conseil qui interprète les résultats et rédige le rapport qui permettra l'inspection détaillée ciblée du SAUMODUC à vide avant le démarrage des travaux de réparation.

La surveillance du SAUMODUC :

Le SAUMODUC est équipé sur toute sa longueur de 25 capteurs reliés au réseau automatique de surveillance des installations de la Direction de l'Environnement des MDPA. Les informations sont centralisées en temps réel. Les informations sont affichées journellement sous forme de courbes et stockées plusieurs années en mémoire informatique.

Les paramètres contrôlés sont :

  • Le niveau haut de la saumure
  • Le niveau de saumure
  • La conductivité (salinité)
  • Le PH
  • La température…

Un capteur de niveau permet de déclencher automatiquement un délestage du réseau avant d'atteindre le niveau de surcharge.

Le système de surveillance n'a jamais été pris en défaut depuis 1998.

La nappe phréatique aux environs immédiats du SAUMODUC est surveillée par 19 piézomètres et puits répartis de part et d'autre des berges. Un échantillon d'eau dans chacun de ces ouvrages est prélevé mensuellement et analysé pour connaître les teneurs en chlorures.

L'interprétation des données est confiée à un cabinet d'Ingénieur Conseil Hydrogéologue qui effectue trimestriellement une synthèse spatiotemporelle ainsi qu'une prévision à terme de l'évolution de la qualité de la nappe phréatique aux abords du SAUMODUC.

Questions / Réponses

Questions / Réponses

Le SAUMODUC peut-il être utilisé à d'autres fins ?

En 1997, les Mines de Potasse d'Alsace ont signé un accord avec Gaz de France pour leur autoriser sous conditions, l'utilisation de cet outil. En effet, Gaz de France devrait créer un stockage souterrain de gaz naturel à Ensisheim. Pour creuser les cavités, il faudra dissoudre le sel gemme. Ainsi, l'eau du SAUMODUC sera dirigée vers les poches à constituer, dissoudra le sel et sera re-pompée vers le SAUMODUC pour être dirigée vers le Rhin.

Nota : il n'y a aucun risque étant données les quantités concernées (bien inférieures à celles rejetées avant 2002), de rejeter plus de sel qu'autorisé !

La saumure transitant dans les conduites ne les érode t-elle pas ?

En dehors du canal bétonné, la saumure est acheminée dans des conduites en fonte qui ne sont pas corrodées. Par contre le risque de colmatage a existé, en particulier lorsque la Carbonate d'Amélie effectuait des rejets calcaires dans le pipe.

N'y a-t-il pas des animaux qui tombent dans le canal ouvert ?

Malgré les grillages, Il y a effectivement des animaux qui traversent le saumoduc et risquent d'y chuter. C'est notamment le cas des sangliers très nombreux dans le secteur à ciel ouvert du côté de Blodelsheim. Des dispositifs permettant la sortie ont été mis en place au niveau de l'entrée de la station de mesure de Blodelsheim et ont montré leur efficacité.

Existe-t-il un risque accidentel pour les promeneurs ?

Jusqu'à la station de Blodelsheim, le saumoduc est clôturé et interdit d'accès au public. Seul le tronçon le long de la route du Rhin jusqu'à Fessenheim est libre. Le risque est identique à celui qui existe le long de tout cours d'eau, bien que ce tronçon ne soit pas spécialement un lieu de promenade.

Zoom en images

Construction du canal bétonné

Construction du canal bétonné

Canal bétonné

Canal bétonné

Entrée station de mesure de Blodelsheim

Entrée station de mesure de Blodelsheim

Sangliers  tombés dns le saumoduc

Sangliers tombés dns le saumoduc

Réparation canal bétonné

Réparation canal bétonné

Réparation canal bétonné

Réparation canal bétonné

Tronçon de pipe

Tronçon de pipe

Intérieur pipe de 1400 en 1997 dépôts des rejets de la Carbonate

Intérieur pipe de 1400 en 1997 dépôts des rejets de la Carbonate

Rejet du saumoduc en aval de Fessenheim

Rejet du saumoduc en aval de Fessenheim