Les MDPA sur Google Earth
Vous êtes ici : Accueil / Mine et Mineurs / Les origines

Vidéos

L'Alsace en sol Mineur

Découvrez "L'Alsace en sol mineur" en visionnant les 3 vidéos
La mine c'est quoi ?

La mine c'est quoi ?

Les chantiers

Les chantiers

Le jour

Le jour

Les origines

Les premiers mineurs

La découverte du gisement en 1904, le creusement de nombreux puits et la mise en exploitation rapide, attirent dans le bassin des ouvriers en grand nombre. Ils sont d'origines diverses : habitants des communes alentour, des vallées de Guebwiller et de Thann, paysans pauvres du Sundgau ou de la Hardt, petits viticulteurs ruinés par la crise viticole.
Pour les paysans, la mine restera souvent un deuxième métier. Le poste terminé, ils retournent aux champs pour une deuxième journée de travail.

Mais ils viennent aussi de Lorraine, où les Mines de charbon exploitent leur gisement depuis des décennies. Ils sont certainement déjà expérimentés. Ainsi, le journal local « L’Express de Mulhouse » relate le 15 mars 1911 à la rubrique de Bollwiller que « les travaux de la mine sont poussés avec activité. Tous les jours, depuis le commencement du mois de mars, on signale l’arrivée d’équipes d’ouvriers mineurs, la plupart du pays de Saint-Avold. Cette affluence ouvrière s’observe également dans les villages environnants de Feldkirch et de Pulversheim ».

Et déjà une population d'immigrés, avec les premiers Italiens.

L'immigration

L’immigration italienne

L’immigration des Italiens dans le Haut-Rhin est la plus ancienne, puisqu’elle date de la période allemande. Les premiers Italiens arrivent en effet dans le Haut-Rhin pour travailler aux grands chantiers de construction de casernes ouverts par l’occupant allemand. 
Des centaines se feront embaucher aux Mines de Potasse dès la naissance des Mines.
Au début du premier conflit mondial, la plupart de ceux qui restent, vont rentrer au pays se battre, mais reviendront en 1918.
La construction des cités va attirer de nombreux maçons.
La deuxième vague d’immigration italienne, plus importante, arrivera à partir de 1946 jusqu’en 1950.

L’immigration polonaise

Le développement considérable de l'activité des MDPA après le rachat par l'Etat en 1924 des Mines sous séquestre, va nécessiter rapidement l'appel à la main d'oeuvre étrangère, essentiellement polonaise.
Alors qu'ils ne sont que 204 fin 1923, les effectifs d'ouvriers polonais montent à plus de 1500 en 1926 et plus de 3200 fin 1929.
Les effectifs vont chuter à partir de 1931, avec l'arrivée de la grande crise. De nombreux Polonais retournent au pays, pas toujours volontairement.

Après la seconde guerre mondiale, en 1947, quelques uns retourneront au pays, suite à une propagande intensive des nouveaux dirigeants communistes, appelant à la reconstruction. Cet appel aura peu d’effet dans le Bassin Potassique, contrairement à d’autres bassins, comme le bassin du fer en Lorraine.

Pendant très longtemps, les consignes de sécurité ou recommandations seront trilingues : français, allemand, polonais.

La culture polonaise est restée très présente dans le Bassin Potassique.
Les premières associations polonaises datent de 1925 : chant, gymnastique et sociétés de tir. La Chorale Lutnia est fondée en 1928 et la chorale « Le Rossignol Forestier » en 1932. Certaines comme ces deux dernières vont traverser les époques pour survivre encore aujourd’hui.

Le plus emblématique des groupements polonais est toutefois le groupe folklorique Aigle Blanc, créé en 1948 par un couple d’instituteurs polonais qui viennent d’arriver à Wittelsheim.
Aigle Blanc continue aujourd’hui à porter haut l’identité polonaise dans le bassin.

L’immigration nord-africaine

Quelques combattants des FFL se sont fixés dans le Bassin Potassique après la libération. Mais cette immigration est restée très marginale.
Ultérieurement, les travailleurs maghrébins ont été essentiellement employés par Peugeot et des entreprises de sous-traitance. C'est par ces entreprises que de nombreux nord-africains ont travaillé pour les Mines.

Questions / Réponses

Questions / Réponses

Qui a été le premier mineur des MDPA ?

Le premier ouvrier inscrit aux Mines est originaire de Wittelsheim : Edouard Sauret.

Zoom en images

Schématiquement

Schématiquement

Exemple d’une taille avec havage intégral

Exemple d’une taille avec havage intégral

Méthode d'exploitation par chambres et piliers

Méthode d'exploitation par chambres et piliers

Edouard Sauret 1er ouvrier inscrit aux Mines

Edouard Sauret 1er ouvrier inscrit aux Mines

Chantier fond

Chantier fond

Fond roulage avec chevaux

Fond roulage avec chevaux

Ouvriers fond

Ouvriers fond

Ouvriers fond foration

Ouvriers fond foration

Atelier jour 1918

Atelier jour 1918

Ouvriers jour hangar

Ouvriers jour hangar

Groupe polonais Aigle Blanc

Groupe polonais Aigle Blanc

Affiche trilingue

Affiche trilingue

Remise d'un drapeau polonais

Remise d'un drapeau polonais

Procession polonaise

Procession polonaise