Les MDPA sur Google Earth
Vous êtes ici : Accueil / L'Eau / Les zones humides

Les zones humides

Avant l’exploitation du sous sol, il existait au droit du Bassin Potassique, des espaces plus ou moins marécageux, mais pas de véritable zone humide.

Ces zones marécageuses avaient disparu au début du siècle suite à la progression de l’urbanisation et aux pressions agricoles. Il est difficile d’évaluer la part due à l’exploitation des mines.

Les MDPA se sont engagées, en partenariat avec le Conservatoire des Sites Alsaciens, à favoriser la constitution de zones humides. Le CSA garantit la pérennisation et la gestion durable des ces espaces remarquables.

Le Rothmoos

La Réserve Naturelle Régionale du Rothmoos, située à proximité du carreau et du terril Joseph Else Ouest à Wittelsheim, est aujourd’hui presque en totalité propriété du Conservatoire des Sites Alsaciens (CSA). Ce site a subi des affaissements qui ont remodelé la surface, créant des bas-fonds devenant humides au contact des poches de la nappe (présence d’une nappe perchée). Pour mémoire, la nappe phréatique proprement dite est en dessous de la couche argileuse située à 6 m.

Il était également jusque dans les années 1998, le réceptacle des eaux usées de la cité Graffenwald.

Au début des années 1980, les marais du Rothmoos étaient de véritables marécages saumâtres dont les variations de niveau d’eau permettaient la prolifération de moustiques éxophiles, phénomène incommodant les habitants des cités minières voisines. En 1984, sur proposition des MDPA, il est décidé de transformer les bas fonds humides en plan d’eau stable pour supprimer les variations de niveau d’eau et ainsi empêcher l’explosion de moustiques. Les travaux sont engagés en juin de la même année avec le CSA.

Ces travaux d’aménagement ont créé un milieu humide où les espèces de la faune prédatrice se sont développées (libellules, chauve souris, oiseaux insectivores…)

Ainsi, en 1988, à la demande conjointe du propriétaire (les MDPA) et du locataire gestionnaire (le CSA) le Rothmoos devient Réserve Naturelle Volontaire Agréée par arrêté préfectoral. Elle deviendra plus tard Réserve Naturelle Régionale.

Le raccordement des eaux usées de la cité minière à la station d’épuration en 1998 menaçait de priver le Rothmoos d’un apport en eau substantiel, c’est ainsi que l’aménagement du Parc d’activités SECOIA en lieu et place de l’ancien carreau Joseph-Else a intégré la collecte de toutes les eaux pluviales (voieries, toitures, parkings) de la zone d’activités pour la diriger vers la zone humide du Rothmoos, où une digue a été réalisée pour contenir une partie de l’eau.

Un fossé de 500 mètres de long, dont les travaux ont été conduits en partenariat avec le technicien du CSA, dirige les eaux vers le Rothmoos depuis le pied du chevalement Else.

Les terrains de la Réserve sont cédés au CSA au fur et à mesure de leur disponibilité, et déjà plus d’une centaine d’hectares appartiennent aujourd’hui au gestionnaire de la Réserve.

D’autres zones humides

A Ungersheim, une zone humide de 17 hectares, située au Nord du terril Alex a également été cédée au CSA

L’ancien carreau d’Ungersheim, cédé par les MDPA au Symbio, le Syndicat Mixte pour le Bioscope, a été donné en gestion au CSA, après renaturation.

L’ancienne gravière de Marie Louise à Staffelfelden et la zone humide attenante sont valorisées par la CAMSA qui a aménagé une coulée verte piétonne en bordure du site.

Questions / Réponses

Questions / Réponses

Peut on visiter le Rothmoos ?

Le Centre d’Initiation à la Nature et à l’Environnement (C I N E) de Lutterbach organise régulièrement des visites de la Réserve en partenariat avec le CSA.

A-t-on identifié des espèces remarquables sur ces sites ?

Oui, notamment des espèces ornithologiques rares, en danger.

Zoom en images

 Zone humide du Rothmoos

Zone humide du Rothmoos

Zone humide du Rothmoos

Zone humide du Rothmoos

 Zone humide Marie-Louise

Zone humide Marie-Louise

Ancien carreau Ungersheim

Ancien carreau Ungersheim